Abbaye de Fontevraud en Anjou


Lors de votre séjour en Anjou, ne manquez pas de vous offrir un petit détour par Fontevraud, entre Saumur et Chinon. Cette petite-ville nichée parmi les vignobles du Maine-et-Loire abrite en effet un des plus beaux édifices religieux de France, l’ABBAYE DE FONTEVRAUD. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, cette abbaye est en effet une des plus grande cité monastique d’Europe. Rien que ça !

Une nécropole pour Aliénor dAquitaine et Richard Coeur de Lion

L’abbaye de Fontevraud a vu le jour au début du 12e siècle, fondée par le moine Robert d’Abrissel, un prédicateur itinérant qui avait réuni une foule de fidèles. L’abbaye offre alors la particularité d’être mixte, ce qui n’est pas du goût des autorités religieuses. Rapidement, elle se transforme en un ordre double avec le monastère de Saint-Jean-de -l’Habit pour les hommes et le monastère du Grand-Moûtier pour les femmes. L’ordre de Fontevraud est reconnu par le pape Pascal II. Aidée par les dons des grandes familles de l’aristocratie locale, et notamment les comtes d’Anjou, l’abbaye se développe rapidement. Elle doit notamment son développement à l’accueil de la nécropole de la famille des Plantagenêt à la fin du 12e siècle.

Nécropole royale et tombeau de Richard Cœur de Lion

Henri II et son épouse Aliénor d’Aquitaine prennent l’abbaye sou leur protection. Lorsque Henri II meurt à Chinon en 1189, il ne peut pas être transporté. Il est donc décidé de l’inhumer à Fontevraud. Quelques années plus tard, RICHARD COEUR DE LION, fils de Henri II et d’Aliénor d’Aquitaine, meurt à son tour. Sa mère décide que sa dépouille soit enterrée à Fontevraud aux côtés de son père créant ainsi une nécropole pour sa dynastie. Elle les rejoint d’ailleurs en 1204. La fin de la dynastie des Plantagenêts coïncide avec le déclin de l’abbaye.

A partir du 13e siècle, l’abbaye de Fontevraud connait en effet un destin plus chaotique avec des hauts et des bas. C’est toutefois la Révolution Française qui lui porte un coup fatal. Elle est en effet partiellement détruite et elle perd une grande partie de ses biens. Au lendemain de la Révolution, Napoléon transforme l’abbaye de Fontevraud en prison. Une des plus dures de France.

Une abbaye ouverte au public

Il faut attendre la deuxième moitié du 20e siècle pour l’abbaye de Fontevraud retrouve son prestige. En 1963, après d’important travaux de rénovation, elle ouvre à nouveau ses portes au public. Même si l’oeuvre de rénovation suit encore son cours, l’abbaye de Fontevraud s’affiche aujourd’hui avec son éclat passé avec une grande finesse architecturale toute de pierre blonde. La majestueuse église abbatiale compte parmi les principaux monuments que vous découvrirez lors de votre visite. Elle sert de décor aux quatre gisants de la Dynastie des Plantagenêts : Henri II, Aliénor d’Aquitaine, Richard Cœur de Lion et Isabelle d’Angoulême. Non loin vous attend le cloître, espace rectangulaire constitué de quatre longues galeries. Il s’ouvre sur la salle capitulaire, une très belle salle ornée de peintures du 16e siècle. Il est amusant de noter que des portraits de religieuses ou d’abbesses ont été ajouté au fil des siècles à ces scènes de la Passion du Christ. Outre les bâtiments religieux, l’abbaye de Fontevraud abrite des cuisines surprenantes, un édifice octogonale d’inspiration byzantine.

Une visite pour petits et grands

L’abbaye de Fontevraud se découvre en famille. En effet, différentes formules ont été mises en place pour rendre sa visite aussi ludique que possible avec notamment un jeu de piste à suivre sur une tablette.

Un des lieux culturels de l’Anjou

A l’abri des murs de pierre blonde de l’abbaye de Fontevraud se tiennent désormais des événements culturels. Un cadre superbe pour assister à des concerts ou des expositions.

Pour en savoir plus sur l’abbaye de Fontevraud : www.fontevraud.fr

Nos campings à proximité

Previous Salon du livre au camping Château le Verdoyer
Next Langres, cité fortifiée entre Champagne et Bourgogne

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *